14 sept. 2017

#JeudiAutoEdition - Qui sont ces auteurs ? #46



Le #JeudiAutoEdition est un rendez-vous que je suis de très près depuis un petit moment et n'ayant pas toujours une lecture sous la main, je préfère mettre en avant un ou une auteur(e) auto-édité(e), ce qui, je l'espère, vous permettra de le ou la connaître un peu plus et pourquoi pas, la curiosité fera le reste ... 





Cette semaine, c'est au tour de Matilda Milliau



  • Les présentations -

Pour commencer, est-il possible de vous présenter en quelques mots ?
(Etudes, métier, loisirs, etc)

Avant de commencer à écrire, j'ai eu une formation scientifique (ingénieure). Aujourd'hui je consacre la plus grande partie de mes journées à l'écriture et au travail d'auto-édition. Pour ce qui est de mes loisirs j'affectionne la lecture, le cinéma, les promenades en pleine nature et même la plongée quand j'en ai l'occasion ! Et aussi, les séances café philo au G.E.M de Montreuil...



Quel genre littéraire appréciez-vous lire ?

J'ai longtemps eu une préférence pour la fantasy, la SF et plus généralement pour toutes les littératures de l'imaginaire. Aujourd'hui, je lis aussi beaucoup de non-fiction(philosophie,éthique), et je teste d'autres genres comme le roman historique , ou simplement la romance...



Quel est votre top 5 des auteurs favoris ?


Pierre Grimbert
Karen Miller
Daniel Pennac
Bernard Werber
Charles Baudelaire


    - votre vie d'auteure -

Depuis quand vous êtes-vous intéressé(e) à l'écriture ?

Déjà quand j'étais enfant, j'adorais écrire de toutes petites histoires mais je ne me suis remise sérieusement à l'écriture que depuis quatre ans.




Qu'est-ce qui peut faire l'objet d'inspiration pour vous ?

Beaucoup de choses ! Chaque fois qu'une réflexion me vient à propos d'une anecdote (je pense beaucoup trop, décidément), je me demande si je ne pourrais pas en faire un thème d'écriture... mais pour l'instant, mes thèmes favoris sont : les animaux, la cause animale et ses problématiques, les relations avec autrui et leur difficulté, la nature, le voyage, la magie, la part d'ombre qui est en chacun de nous...



Quel est votre rythme d'écriture ?

500 à 1000 mots par jour, quand je m'y mets.



Si vous pouviez donner vie à l'un de vos personnages, lequel choisiriez-vous ?

Une question difficile! Pour l'instant, je dirais Rudi le chien (et je compterais sur lui pour améliorer le monde!), bien que certains personnages de la saga que j'écris en ce moment m'intéressent aussi...



Sur quel(s) projet(s) travaillez-vous actuellement ?

Je suis sur le premier tome d'une saga de fantasy pour ados et jeunes adultes.



Comment avez-vous vécu l’enthousiasme des premiers lecteurs ? Le retour des critiques, positives comme négatives.

Les critiques positives m'ont encouragée à continuer ! Je remercie d'ailleurs beaucoup mes amis et mon entourage pour m'avoir soutenue... mais d'autre part, je conseillerai aux jeunes auteurs de ne pas trop se monter la tête : ce n'est pas parce que vous recevez un retour enthousiaste de la part d'un éditeur que c'est gagné ! Attention aux avis divergents au sein d'une même équipe éditoriale, aux attentes sans fin, aux douches froides...
Pour ce qui est des critiques négatives je m'efforce de les prendre avec philosophie, voire de m'en servir quand c'est possible pour améliorer ce que j'écris.





- La publication -

Comment s'est passé votre parcours pour l'auto-édition ?

Après avoir proposé mon premier projet «Les Etranges aventures d'un chien aux longs poils et d'une Bogue qui attendait sur le chemin de l'école» à plusieurs éditeurs sans trouver preneur définitif, j'ai fait le choix de l'auto-édition. Cela s'est passé sur environ un an et demie... Entre-temps, j'ai choisi de diviser cette histoire en plusieurs tomes afin qu'elle soit mieux adaptée à la tranche d'âge à laquelle elle était destinée (au départ, c'était un pavé de 400 pages!). La première étape a été de le faire relire sur des forums d'écrivains... A cette occasion, il a subi beaucoup de remaniements. J'ai notamment changé le titre de la série, qui est devenu : Y a comme une Bogue. Ensuite j'ai publié le tome 1, puis le tome 2 sur la plate-forme Thebookedition. J'ai parallèlement créé un blog pour cette série et une page Facebook. Grâce à une amie écrivain, j'ai pu présenter le premier tome, «Deux amis» à la Journée de la micro-édition de Creil, en février dernier. Enfin, j'en suis actuellement à la promotion de mon roman via les blogs des chroniqueurs/euses sur internet.



Pour vous, quels sont les avantages ainsi que les inconvénients de cette méthode de publication ?

Le principal avantage, c'est que vous ne comptez que sur vous-mêmes ! Et que vous avancez au rythme que vous voulez, sans imprévu de dernière minute. Ce qui m'a horripilé dans la recherche d'éditeurs, c'est quand une ME vous prend votre roman, le garde au chaud pendant un an, puis finalement vous dit: «au revoir».
Le principal inconvénient, c'est … là aussi, que vous ne comptez que sur vous-même. Donc, tout est à apprendre quand vous débutez ! Cela signifie de longues heures passées devant votre écran, à vous prendre la tête sur divers logiciels pour mettre en forme votre texte... et vos images (je parle notamment dans le cas de Y a comme une Bogue, qui est illustré). Pour créer votre couverture, pour convertir au format machin, etc. Cela signifie aussi un certain temps consacré à l'auto-promotion, à se faire connaître. Là encore, tout est à faire, car sinon on ne vend rien.




- Les petits plus -


Avez-vous une petite anecdote lors d'une rencontre avec vos fans ?

Pour parler de mon premier roman, je passe souvent du temps à expliquer aux gens ce qu'est une «bogue», et la différence avec le «bogue»(informatique), bien qu'en choisissant le titre , j'aie un peu joué sur le double sens... En juillet dernier, lors d'une séance discussion à Montreuil autour des tomes 1&2, une dame m'a fait la remarque, pour dire qu'elle était tombée amoureuse, qu'elle avait eu un «bogue». Peu après, en relisant l'avant-dernier chapitre du dernier tome de Y a comme une Bogue, je me suis dit qu'il y avait de l'étrangement vrai dans ce nouveau sens! Du coup, je crois que je vais rajouter une petite remarque... je n'en dirai pas plus, pour l'instant...



D'ailleurs, où peut-on vous rencontrer pour boire un café et/ou pour une petite dédicace ?

Les Délices de Gigi,(salon de thé&traiteur) 
67 avenue Ledru-Rollin
94170 Le Perreux sur Marne



Une petite chose à ajouter ?

Je remercie «les Gens du 110»(le Groupe d'Entraide Mutuelle de Montreuil, G.E.M) qui m'ont fourni le premier «espace»pour parler de mon travail, et tout particulièrement Adrien, du café-librairie Michèle Firk, qui anime des ateliers philosophie au GEM.
Pour être informés des prochains évènements (le prochain devrait être une rencontre au café-librairie Michèle Firke, justement), visitez mon bloget/ou abonnez vous à ma page Facebook et mon Twitter



 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

A ton tour de parler ☺