28 sept. 2017

#JeudiAutoEdition - Qui sont ces auteurs ? #48



Le #JeudiAutoEdition est un rendez-vous que je suis de très près depuis un petit moment et n'ayant pas toujours une lecture sous la main, je préfère mettre en avant un ou une auteur(e) auto-édité(e), ce qui, je l'espère, vous permettra de le ou la connaître un peu plus et pourquoi pas, la curiosité fera le reste ... 





Cette semaine, c'est au tour de Beth Greene



Pour commencer, pouvez-vous nous faire une petite présentation rapide pour ceux et celles qui ne vous connaissent pas encore ? (D'où vous venez, les études faites, etc.)


J'ai bientôt 34 ans, je travaille dans la communication publique. Grande fan de films d'horreur, de Lovecraft, King mais aussi de Beyoncé et de Benedict Cumberbatch. Féministe, j'essaie d'écrire sans stéréotype et en allant à l'encontre des clichés que l'on trouve dans la littérature fantastique.




Quel est votre univers livresque ?


Fantastique, épouvante. Je ne lis que ça (et du « médiéval fantastique » comme Robin Hobb ou Georges R. Martin) et je n’écris que ça !




Qui vous a donné l'envie d'écrire à votre tour ? Quel est votre objectif lorsque vous écrivez ? (Donner du plaisir, vous évader, faire partager, etc.)


J’écris depuis toute petite, je crois que ce qui a pu me motiver c’est raconter des histoires. Fantastiques, évidemment. Avoir lu Lovecraft et King n’est pas étranger à ma passion non plus. Je pense que ça m’a confortée dans l’écriture. Raconter une histoire est encore ma motivation première aujourd’hui, à laquelle je rajoute mon côté féministe et militant. J’espère que le.la lecteur.trice s’évade en lisant mes livres, s’attache aux personnages et frissonne un peu. Quand j’écris, je suis vraiment avec mes personnages, dans le monde que j’ai créé. C’est une vraie bonne parenthèse, bien qu’un peu contraignante parfois.




Comment s'est déroulé l'écriture du roman (ou des romans) ?


Cela m’a pris plusieurs années pour écrire « Tueuses de l’Ombre » car j’ai besoin de beaucoup de préparation : synopsis, fiches de personnages, plans des lieux principaux, résumé de chaque chapitre, etc. Une fois cette étape terminée, je peux enfin écrire ! Mais comme je travaille, j’ai dû me pousser pour aller écrire au calme à la bibliothèque le soir. C’est plus facile maintenant car j’ai la chance de vivre dans une maison avec un bureau. Il faut dire que je procrastine beaucoup aussi… J’aimerais parfois claquer des doigts et voir mon roman terminé.




Vous imposez-vous un rythme d'écriture ou écrivez-vous quand l'inspiration est là ?


J’essaie de m’imposer un rythme mais c’est très compliqué. Je pense être pas mal paresseuse…





Pourquoi avoir choisi l'auto-édition ?

J'ai participé à la Journée Francophone du Manuscrit et j’ai pu faire éditer mon roman "Tueuses de l'Ombre" aux Editions du Net. Je l'ai également envoyé à des maisons d'édition mais sans succès. Finalement je me suis accommodée de ce mode d'édition avec ses avantages et ses inconvénients. J'ai ainsi publié mes dernières nouvelles en ligne, je pense que c'est un bon canal mais il me manque encore beaucoup de travail pour communiquer dessus et me faire connaître.




Comment avez-vous vécu l’enthousiasme des premiers lecteurs ? Le retour des critiques, positives comme négatives.


C’est assez étrange et très gênant. J’ai reçu beaucoup de retours positifs de ma famille, des ami.e.s, collègues et je me dis toujours « mais c’est pas possible, ils n’ont pas bien lu ! ». Je suis toujours extrêmement gênée quand ils en parlent. Je leur demande aussi ce qui ne va pas, afin d’identifier les points sur lesquels m’améliorer.




Comment s'est passé le choix de la couverture du roman ? Y avez-vous participé ? Si non, qu'auriez-vous changé ?


Je ne pouvais avoir qu’une couverture de couleur ou proposer une image que je n’avais pas. Du coup, j’ai choisi une couverture noire pour correspondre à mon genre littéraire. Mais il faudrait une vraie belle couverture qui attire l’œil car mes exemplaires en librairie ne sont pas très « vendeurs ». J’avoue que j’aimerais voir aussi quelque chose de personnalisé, une adaptation de mon histoire en une image. Je serai curieuse de voir ça.




Si vous pouviez donner vie à l'un de vos personnages, lequel choisiriez-vous et pourquoi ?

Je dirais bien Ambrosia, la « grande méchante » de mon univers mais si elle existait vraiment, ce serait un vrai fléau. Sonia Saint-Erme, mon héroïne, une psychologue trentenaire pourrait être une chouette personne dans la vraie vie. Elle est intelligente, au service des autres, dépassés par sa fille qu’elle élève seule… J’aimerais pouvoir l’inviter à prendre un verre et l’écouter me raconter sa vie.




Sur quel projet êtes-vous en ce moment ?

Je travaille sur la suite de "Tueuses de l'Ombre".




Auriez-vous des conseils d'écriture pour nos jeunes débutants ?


Continuer à écrire même si le manuscrit restera pour toujours dans l’ordinateur. Bien relire et faire relire surtout. Et enfin, accepter d’être mauvais. Des fois, ça ne marche pas mais c’est pas grave.




Un petit mot pour la fin ?


Je suis chroniqueuse pour l'émission ImaJn'ère sur Radio G! (radio local à Angers), je dresse le portrait d'une héroïne de la pop-culture à chaque émission. Je commence, là, en septembre.

(Cliquez sur la photo pour y succomber)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

A ton tour de parler ☺