21 sept. 2017

#JeudiAutoEdition - Qui sont ces auteurs ? #47



Le #JeudiAutoEdition est un rendez-vous que je suis de très près depuis un petit moment et n'ayant pas toujours une lecture sous la main, je préfère mettre en avant un ou une auteur(e) auto-édité(e), ce qui, je l'espère, vous permettra de le ou la connaître un peu plus et pourquoi pas, la curiosité fera le reste ... 





Cette semaine, c'est au tour de Mickaël Lawrence



Pour commencer, pouvez-vous nous faire une petite présentation rapide pour ceux et celles qui ne vous connaissent pas encore ? (D'où vous venez, les études faites, etc.)

Je vis actuellement en Franche-Comté, et je n’ai jamais quitté la région. En ce qui concerne mes études, c’est vite faite : je suis allé jusqu’à la 3ème et j’ai arrêté l’école. Tous simplement parce que je n’aimais pas ça. Je n’ai même pas eu le brevet des collèges pour tout vous dire. Je n’avais qu’une passion étant jeune : les jeux vidéo. Ensuite j’ai enchainé les petites formations pour apprendre divers métiers en faisant plusieurs formations. Depuis 2008, j’ai découvert le métier de l’animation socio-culturelle et je suis toujours dans ce métier à l’heure où j’écris ces lignes.




Quel est votre univers livresque ?

Je suis un grand fan de surnaturel, de paranormal, d’épouvante et de thriller. C’est sans doute pour cela que j’apprécie tout particulièrement Stephen King.




Qui vous a donné l'envie d'écrire à votre tour ? Quel est votre objectif lorsque vous écrivez ? (Donner du plaisir, vous évader, faire partager, etc.)

Je dirais mes amis et mon métier. Avec les mômes, en été, on faisait la fameuse veillé « Contes et légendes » autour d’un bon feu en pleine forêt. Au départ, j’écrivais des poèmes que je diffusais sur skyblog (déjà 9 ans). Puis l’idée d’écrire un roman m’est venue à l’esprit. Sans oublier que des amis m’ont suggéré de faire la même chose. J’écris en espérant que le lecteur passera un bon moment d’évasion, et qu’il frissonnera.




Comment s'est déroulé l'écriture du roman (ou des romans) ?

Très difficile au début. Comme ce n’était que le premier roman, j’ai eu du mal à trouver mes repères. J’ai fait un premier essai en 2012, avant de me rendre compte que ça n’allait pas. Puis j’ai recommencé un an plus tard en repartant à zéro. Bien évidemment, je me suis posé des questions, j’avais des doutes quant à mes capacités. Et puis écrire quand on a un travail à côté, ce n’est pas forcément évident… Mais il faut s’accrocher.





Vous imposez-vous un rythme d'écriture ou écrivez-vous quand l'inspiration est là ?

Tous les jours, j’essaie d’écrire entre 5 et 10 pages minimum au format « roman » comme j’aime le dire. Mais il m’est arrivé à plusieurs reprises de ne pas atteindre cet objectif.





Pourquoi avoir choisi l'auto-édition ?

La première raison, c’est que le temps d’attente pour une réponse est long. Et en général, la réponse est négative. Et forcement cela engendre une déception. Ensuite, j’étais tombé par pur hasard sur un reportage sur l’édition et l’autoédition. Cela m’a poussé à me renseigner sur cette pratique et à prendre la décision que j’ai prise depuis un an : l’autoédition. De plus, on a la maitrise sur tout, les textes, le titre, la couverture. Le seul hic, en ce qui me concerne, c’est la correction qu’il faut assurer par ses propres moyens et qui n’est pas toujours évidente.




Comment avez-vous vécu l’enthousiasme des premiers lecteurs ? Le retour des critiques, positives comme négatives.

Plutôt bien. J’étais étonné que les premiers commentaires soient très positifs. Ensuite est venu le premier commentaire négatif, puis le deuxième. Leur point commun ? L’orthographe en général. Evidemment je ne cache pas que ça puisse faire mal sur le coup mais j’ai vu le bon côté des choses. Je me suis remis en question et j’ai dépublié le roman le temps d’avoir les fonds nécessaires pour m’offrir les services d’un correcteur professionnel. Je regrette de ne pas avoir fait ça avant car les ventes du roman avaient plutôt bien décollé à son lancement.





Comment s'est passé le choix de la couverture du roman ? Y avez-vous participé ? Si non, qu'auriez-vous changé ?

Mon illustrateur m’avait proposé deux couvertures qui réunissaient les mêmes éléments, mais avec des petites différences. On a échangé longuement pendant plusieurs mois. Il a été très professionnel et il savait exactement comment mettre chaque élément en place.





Si vous pouviez donner vie à l'un de vos personnages, lequel choisiriez-vous et pourquoi ?

Question difficile. J’aime beaucoup mes personnages. Mais comme je dois faire un choix, je vais dire… heu… Naomie, le personnage principal de mon roman. Tout simplement parce que j’ai créé ce personnage à partir de quelques-uns de mes défauts, qualités et passions. Si Naomie existait, elle serait comme une petite sœur.





Sur quel projet êtes-vous en ce moment ?

Je suis en train de relire et prendre des notes pour mon deuxième roman avant de le faire à des bêta lecteurs. Ce deuxième roman est plus dure à écrire que le premier car l’histoire se déroule dans une ville loin de chez moi, alors que dans le premier roman, l’histoire se déroule dans la ville où j’ai grandi.





Auriez-vous des conseils d'écriture pour nos jeunes débutants ?

Il faut se poser deux questions : « quel genre d’histoire voulez-vous écrire » et « pourquoi voulez-vous écrire ? » Pour la deuxième question, il est primordial que la raison principale soit « La passion ». L’écriture est un art, et quand on exerce un art, on le fait avec passion. Mais aussi avec une dose de curiosité.





Un petit mot pour la fin ?


Je dirais que quand on a plus la force d’écrire, il faut se reposer. Mais surtout : NE JAMAIS ABANDONNER. Ce n’était pas évident d’écrire, alors ne lâchez rien, et croyez en vous. Pour les lecteurs qui lisent des autoédités, si le livre vous a plu, parlez-en autour de vous, et mettez un commentaire sur le site d’achat. Car les lecteurs sont quasiment notre seul moyen de promotion. Et si vous n’avez pas aimé le livre parce que vous avez trouvé des incohérences, diverses fautes, n’hésitez pas à contacter l’auteur sur twitter ou facebook pour lui en faire part. Ce geste sera très apprécié.




| Le petit plus |

Si cette interview vous a plu et/ou intéressé, je vous propose de retrouver toute l'actualité de Mickaël Lawrence à travers Twitter ou encore Facebook  ☺




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

A ton tour de parler ☺