29 juin 2017

#JeudiAutoEdition - Qui sont ces auteurs ? #36



Le #JeudiAutoEdition est un rendez-vous que je suis de très près depuis un petit moment et n'ayant pas toujours une lecture sous la main, je préfère mettre en avant un ou une auteur(e) auto-édité(e), ce qui, je l'espère, vous permettra de le ou la connaître un peu plus et pourquoi pas, la curiosité fera le reste ... 





Cette semaine, c'est au tour de Daryl Delight



Pour commencer, pouvez-vous nous faire une petite présentation rapide pour ceux et celles qui ne vous connaissent pas encore ? (D'où vous venez, les études faites, etc.)

Mon pseudonyme est Daryl Delight. Je viens du nord de la France. J'ai étudié le cinéma pendant quelques années. Je suis fan de films et de livres en tout genres. De jeux vidéos aussi. Bon d'accord je suis un vrai geek.



Quel est votre univers livresque ?

Et bien justement, je n'appartient pas à un genre ou un univers particulier. Je suis très éclectique et je veux m'ouvrir à tout. Mon premier roman parle de sexe, de féminisme et de la place de la femme dans le monde du travail. Et je travaille actuellement sur une nouvelle horrifique et fantastique.
J'aime tout les genres et je veux écrire de tout pour le moment. Je dois vous avouer que je me demande si les lecteurs suivront ou non. Beaucoup d'auteurs se spécialisent que dans un ou deux genres. J'ai donc un peu peur de perdre des lecteurs, mais j'ai aussi très envie d'explorer plusieurs genres. (Un jour peut-être je changerai d'avis)
J'aimerais d'ailleurs connaître le ressenti des lecteurs à ce sujet. Vous pouvez donc m'en parler en commentaire sur ce blog.




Qui vous a donné l'envie d'écrire à votre tour ? Quel est votre objectif lorsque vous écrivez ? (Donner du plaisir, vous évader, faire partager, etc.)

J'écris depuis tout jeune. A l'époque je pianotais sur une vieille machine à écrire, je n'avais pas d'ordinateur. Je ne suis pas si vieux que ça, j'ai 30 ans, ne m'imaginez pas en noir et blanc en train d'écouter le tout nouveau tube d'Edith Piaf sur vinyle.
Stephen King est l'auteur qui me donne envie de partager mes œuvres, comme beaucoup d'écrivain, il est le maître.
Mais mon véritable premier amour fut le cinéma, c'est avec lui que j'ai eu envie de faire marcher mon imagination et de raconter des histoires.



Comment s'est déroulé l'écriture du roman (ou des romans) ?

C'est simple, mon rêve devait devenir réalité.J'allais avoir 30 ans et je me suis rendu compte que j'écrivais des courtes nouvelles et que personne ne les lisait. Alors je me suis dit «  c'est le moment ou jamais ». J'ai donc décidé d'écrire un véritable roman et de le publier. C'était une chose que je devais faire avant de mourir, alors je l'ai fait ! Et depuis je ne veux plus m'arrêter.



Vous imposez-vous un rythme d'écriture ou écrivez-vous quand l'inspiration est là ?

Je tente d'écrire minimum 500 mots par jour. C'est parfois compliqué et parfois je les dépasse largement.
L'inspiration vient quand je n'écris pas. Je suis de nature à rêver tout le temps, il se passe des choses dans ma tête dont il vaut mieux ne rien savoir. Lorsque je me pose devant le clavier, c'est pour poser sur la page blanche, des idées qui sont déjà mûrement réfléchi.





Pourquoi avoir choisi l'auto-édition ?

Comme dit plus haut, je n'avais pas le temps d'attendre qu'une maison d'édition accepte de me publier. J'ai décidé de le faire moi même. Nous vivons une époque formidable et il faut savoir profiter des avantages qu'elle nous donne.




Comment avez-vous vécu l’enthousiasme des premiers lecteurs ? Le retour des critiques, positives comme négatives.

Je n'ai pas encore eu énormément de critiques négatives. Elles sont plutôt positives, mais il y en aura forcement. Je pense qu'il faut les prendre comme elles sont, une critique constructive doit être écouté. Une critique gratuite et insultante doit simplement passer inaperçu. Internet est fait de gens qui aime se défouler de leur vie quotidienne, et l'anonymat les aide énormément à se défouler sur les autres. Il faut savoir jouer le jeu et comprendre les règles.
Quant aux critiques positives, je les imprime et les encadre dans mon salon. Je plaisante bien sur, mais c'est presque ça.



Comment s'est passé le choix de la couverture du roman ? Y avez-vous participé ? Si non, qu'auriez-vous changé ?

Je l'ai faite moi même. A l'aide de photoshop et quelques photos trouvées sur internet. J'ai fait de mon mieux on va dire.




Si vous pouviez donner vie à l'un de vos personnages, lequel choisiriez-vous et pourquoi ?
J'aime beaucoup Ophélie, alias Maîtresse Lilith. Une femme devenue forte et qui a envoyer tout le monde aux oubliettes en devenant Maîtresse de sa propre vie et a su monter son propre business.
Elle est l’héroïne de mon premier roman alors qui de mieux qu'elle pour devenir réel ?




Sur quel projet êtes-vous en ce moment ?

Une nouvelle horrifique qui s’appellera « La légende de Spellman ». C'est en réalité plusieurs courtes nouvelles avec un fil conducteur. Trois jeunes garçons se retrouvent autour d'un feu de camp dans les bois. Ils se racontent chacun leur tour une histoire d'épouvante sur la légende de Spellman. Un sorcier pour certain, un serial killer pour d'autres. Mais attention celui qui aura la moins bonne histoire aura un gage !
C'est un hommage aux films d'horreurs des années 80 et 90 qui ont bercés mon enfance. Avec une petite touche des contes de la crypte.




Auriez-vous des conseils d'écriture pour nos jeunes débutants ?

Je suis certain qu'ils trouveront de meilleurs conseils ailleurs. Mais le mieux que je puisse dire c'est d'écrire toujours, et penser à vos histoires tout le temps. C'est une passion à plein temps !



Un petit mot pour la fin ?

Merci pour m'avoir accordé le droit d'être sur ce blog. J’espère que les lecteurs s'intéresseront à mes œuvres et j'ai hâte de lire leurs commentaires.






Quand Ophélie se fait jeter comme une vulgaire chaussette par son petit ami. Elle cherche du réconfort sur internet. Elle rencontre une dominatrice qui va lui apprendre à devenir une maîtresse comblée. Elle va entrer dans un monde où la femme prend le pouvoir. Un monde où le mot « tabou » n'est pas admis. Elle ne pourra plus se défaire de son nouveau rôle. Sa vie privée et professionnelle devront accepter la nouvelle Ophélie qui ne se laissera plus marcher sur les pieds. Mais ce ne sera pas aussi facile qu'elle le pense, de se faire entendre dans un monde dirigé par les hommes. Son féminisme sera mis a rude épreuve, surtout avec l'arrivé de Thomas dans sa vie. Elle devra choisir entre deux mondes différents.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

A ton tour de parler ☺