8 nov. 2016

Cette obscure clarté

Couverture Cette obscure clarté

V.O : -
Auteure : Estelle Laure
Editions : Hachette
Collection : Black Moon
Nombre de pages : 312 pages
Date de parution : 14 Septembre 2016
Format : Grand




Mon père est à l’asile. Ma mère a pris des vacances à durée indéterminée. Si on apprend qu’elle nous a laissées seules, Wren et moi, on va nous séparer.

Après le lycée, il reste le frigo à remplir, les factures à payer, la maison qui tombe en ruines, nos voisins à gérer… Heureusement, deux personnes connaissent notre secret : ma meilleure amie Eden, et Digby, son frère jumeau merveilleusement parfait – et parfaitement casé.

Certains jours, j’ai l’impression que je ne vais pas y arriver. Alors quand, en rentrant du boulot, je trouve le frigo qui déborde ou des muffins encore fumants au pied de l’escalier, je ne peux m’empêcher de me demander : est-ce qu’on cherche à nous empoisonner ? Ou bien, même au cœur des ténèbres, est-ce que l’espoir ne pourrait pas briller ?
"


Si, parfois, vous pensez avoir des journées de m****, je vous conseille ce roman et je peux vous assurer que vous regarderez votre journée et votre vie d'une autre manière.



Lucille est une adolescente comme on en voit à chaque coin de rue ... ou presque. Elle mène une vie tranquille, avec sa petite soeur, sa mère et son père ... ou presque. Car oui, depuis que son père est interné en asile et que sa mère a décampé sans raison et sans donner de nouvelles, Lucille va se battre pour garder de "bonnes" apparences et ainsi rester avec sa petite soeur. 
Si les regards ne sont qu'une partie des soucis, elle va très rapidement se rendre compte qu'il y a d'autres, plus importants, comme remplir le frigo, payer les factures ... 



Sur l'histoire en elle-même, malheureusement, je l'ai déjà rencontrée en lisant Comment s'en sortir avec une mère en vadrouille, un petit frère qui se prend pour un chien, une fouine pour voisine et sans un sou en poche ? de Dave Cousins, mais le point de vue était masculin. Néanmoins, je ne peux rester insensible à une telle histoire et j'ai réussie à entrer dans le roman en y ressortant qu'à la toute fin.
On ressent bien, ici, le côté girly en compagnie de sa meilleure amie de Lucille, Eden, mais surtout de son jumeau, Digby, qui fera chavirer le coeur de notre héroïne. Une petite romance qui adoucit un peu la dureté du récit. 




Le point qui m'a le plus chamboulée, c'est bien la relation entre Lucille et sa petite soeur, Wren, cet amour et cette solidarité... C'est ce type de relation que je souhaite à tout le monde, un amour éternel, un véritable amour comme on ne rencontrera jamais ailleurs.
La délicatesse de la situation montre qu'un enfant est apte à comprendre certaines choses, mais ces explications sont touchantes. Wren sait parfaitement que sa mère est partie, mais elle prend toutefois sa défense et avec ces mots, on réfléchis autrement ...



L'auteure, Estelle Laure, a trouvé un thème des plus difficile, l'abandon et la désertation des parents, parfaitement manié, donnant ainsi une histoire qui me pourra pas laisser insensible ... Les mots utilisés, les rebondissements choisis, le tout fait la force des personnages et l'adhésion du lecteur au roman.
Je ne peux donc que vous conseiller une telle histoire, mais accrochez-vous !


1 commentaire:

  1. Je garde un bon souvenir de ce roman, qui m'avait agréablement suprise :)

    RépondreSupprimer

A ton tour de parler ☺