15 déc. 2017

54 Minutes

Couverture 54 minutes

Auteure : Marieke Nijkamp
Editions : Hachette
Collection : Romans
Nombre de pages : 290 pages
Date de parution : 02 Octobre 2017
Format : Grand





Opportunity School, Alabama. Les élèves sont réunis pour écouter leur directrice. Mais lorsque le discours s’achève, l’un d’entre eux, Tyler Browne, verrouille les portes et tire sur la foule.

Commencent alors cinquante-quatre minutes de massacre, cinquante-quatre minutes glaçantes racontées dans les messages des victimes à leurs proches et par quatre élèves, à l’intérieur et à l’extérieur de la salle. Tous ont un lien avec Tyler : Claire, son ex-petite amie, Autumn, sa propre sœur, Sylvia, la petite amie d’Autumn et le frère de celle-ci, Thomas.

Cinquante-quatre minutes pendant lesquelles Tyler force ses otages terrorisés à l’écouter se plaindre. Il n’a jamais été aimé, ni par sa petite amie Claire, ni par son père violent et alcoolique, et encore moins par sa sœur Autumn, à laquelle il ne pardonne pas de vouloir partir à New York pour être danseuse.

Mais loin d’être une victime, Tyler est avant tout un psychopathe, qui assassine trente-neuf personnes.
"


54 Minutes est un roman qui m'a fait hurler d'envie lors de l'annonce de sa sortie et je remercie sincèrement Shana et Cécile pour cette opportunité ! 


Pourquoi tant d'excitation avant de le lire ?


Et bien pour son sujet. 54 minutes nous raconte une prise d'otage et une tuerie au sein d'un lycée, un scénario qui, malheureusement, ne reste pas dans la fiction et j'ai pour exemple Columbine. Un évènement qui m'a fortement marqué et, même si le décor change, j'ai également le Bataclan en tête. Un sujet qui me tient donc à coeur, non pas pour un côté glauque ou morbide, mais pour lancer un message d'alerte, tant sur comment gérer et aider ou plus rapidement sensibiliser pour éviter ce genre de situation.



Ce roman porte bien son nom, il détails, sur plusieurs points de vue, les 54 minutes qui englobent toute cette horreur.
Si l'on se demande pourquoi untel ou bidule est choisis pour nous raconter cette histoire, on s'apperçoit très rapidement qu'un lien existe entre chacun : Ils connaissent tous Tyler, le tueur. Un monde assez petit dans un lycée pourtant assez grand.
L'un des personnages m'a beaucoup touché,plus que les autres, il s'agit Autumn, sa soeur. Au cours de leurs échanges, nous apprenons la difficulté de leur quotidien à la suite du décès de leur mère. Un père sombrant dans l'alcoolisme et battant ses deux enfants, discriminant sa propre fille à cause de son homosexualité et semant ainsi une haine dans la tête de son fils ... C'est d'ailleurs le point qui motive Tyler : la haine. En même temps, difficile de prévoir de tuer par plaisir quand tout va pour le mieux. Je ne détaillerais pas tout pour que vous puissiez aussi comprendre plus en détails et passer par toutes les étapes émotionnelles que Marieke Nijkamp nous a concocté.



54 minutes en 290 pages. Un challenge qui me donnait quelques doutes sur l'efficacité et du côté poignant de l'histoire, mais l'auteure réussi magnifiquement bien ! Il est presque impossible de poser le roman pour faire autre chose, en même temps, on enchaîne tellement vite que nous sommes rapidement au milieu de l'histoire et pourquoi s'arrêter là ? Autant finir avant de dormir/bosser/manger ou autre.


Pour finir, à mes yeux, ce roman est une claque. Un sujet sensible mené d'une plume magnifique et on en ressort pas du tout indemne... La tournure de l'histoire se devine : Le conte de fée en est bien loin. Il faut donc se sentir prêt-e pour le lire et préparer les mouchoirs ainsi qu'un bon remontant par la suite (chocolat par exemple), mais dans tous les cas, un roman à découvrir !


2 commentaires:

  1. Bon, ça y est, tu m'as donné envie de découvrir ce roman! Je vais essayer de le proposer à ma médiathèque! ^^

    RépondreSupprimer
  2. Il me tarde de lire ce livre, il à l'air tellement bouleversant.

    RépondreSupprimer

A ton tour de parler ☺