23 août 2018

Image(s)

Couverture Image(s)

Auteure :  Mélanie De Coster
Editions : Auto-Edition
Nombre de pages : 188 pages
Date de parution : 1er Août 2018
Format : Numérique







Conseil n°1 : Ne jamais suivre un inconnu dans les bois 
Conseil n°2 : Se méfier de ceux qui cachent leurs secrets derrière trop de galanterie Conseil n°3 : Ne pas allumer de feu que l'on n'est pas capable d'éteindre 
Conseil n°4 : Bien se renseigner sur ses éventuels colocataires 
Conseil n°5 : Ne pas croire ceux qui gagnent leur vie en racontant des histoires 

Si Lara avait suivi ces conseils, la fin de son stage de journaliste se serait peut-être mieux déroulée. Mais comment résister à la perspective d'une interview inédite avec Étienne Noël, le jeune auteur à succès du moment ?

"


Et oui, cela faisait longtemps que je n'avais pas parler de mes lectures auto-éditées. Bon, depuis la semaine dernière avec Stonehenge, mais c'était il y a une éternité ! Aujourd'hui, c'est la touche féminine de Mélanie De Coster que je souhaite mettre en avant à travers son dernier roman : Image(s).



Première chose qui a son importance : Le roman est court. 188 pages ! On sent déjà le concentré d'émotions que l'auteure va et veut nous faire subir vivre ! Pardon. Donc, en peu de temps, Mélanie De Coster nous pose le décor : Laura, jeune femme très curieuse et journaliste, tente de terminer ses études de journalisme et se penche sur un dossier bien mystérieux. Pour dévoiler la vérité, il faut qu'elle interroge Etienne Noël. Une chance pour elle ... Ou pas.



Forcément, il va se passer quelque chose autour de Laura, elle est quand même l'héroïne, mais tout est dans la manière que ça lui arrive. Comment un début de conte de fées devient un cauchemar. Ce cauchemar n'est pas anodin et loin d'être inventé. A quelques détails près, j'ai vécu la même chose et c'est ce qui m'a fait rapidement comprendre ce qu'il se passait. J'avais déjà de l'affection pour Laura, mais à partir de là ... Une part de rage m'a fait tenir jusqu'au bout pour savoir si elle allait s'en sortir et comment. Car oui, pour une fois, je n'étais pas certaine que l'héroïne d'une histoire s'en sorte.


Cette histoire n'est donc pas entièrement fictive, car elle transmet un message important. Même si cela concerne un personnage féminin et que l'on parle de situations autour des femmes, on n'oublie pas les hommes aux mains d'une tortionnaire ! C'est pourquoi j'aimerai beaucoup que ce roman soit lu par un large public. Il le mérite pour son message, bien sûr, mais aussi pour que tout le monde découvre le talent de l'auteure. Me faire hurler ainsi en moins de 200 pages, c'est rare. Une pépite de l'auto-édition à découvrir sans aucune modération ♥



2 commentaires:

A ton tour de parler ☺