20 juil. 2017

#JeudiAutoEdition - Qui sont ces auteurs ? #39



Le #JeudiAutoEdition est un rendez-vous que je suis de très près depuis un petit moment et n'ayant pas toujours une lecture sous la main, je préfère mettre en avant un ou une auteur(e) auto-édité(e), ce qui, je l'espère, vous permettra de le ou la connaître un peu plus et pourquoi pas, la curiosité fera le reste ... 





Cette semaine, c'est au tour de Isabelle Morot-Sir




Pour commencer, pouvez-vous nous faire une petite présentation rapide pour ceux et celles qui ne vous connaissent pas encore ? (D'où vous venez, les études faites, etc.)


Et bien tout d’abord je suis née l’année précédant les événements de Mai 68, dans un temps où l’on pensait que le monde irait mieux, ce qui m’a forgé ce tempérament irréductiblement optimiste. Ma vie tourne autour de deux étoiles sans lesquelles mon équilibre se rompt : l’écriture et l’équitation. J’écris depuis que je sais tenir un stylo et j’ai eu mon 1er cheval pour mes 15 ans : depuis je n’ai jamais cessé d’en avoir (j’en ai actuellement 10) Les animaux sont une part énorme et fondamentale de ma vie.
Enfant d’expatriés j’ai un cœur de nomade : j’aime voyager, j’aime découvrir d’autres pays, habiter ici, là et plus loin encore. D’ailleurs je ne réside pas en France, mais à côté de Prague, en République Tchèque. Je suis par contre bien française ! Originaire d’Arles (13) je garde toujours malgré mon éloignement géographique un petit accent qui chante le mistral et résonne de soleil.




Quel est votre univers livresque ?

Mon univers est simple et répond à un seul credo : crois en toi, avance, ne perds pas courage ni espoir, bouge-toi et tu parviendras à trouver cette lumière qui illuminera tes ténèbres. Ce sont donc des romans profondément positifs que d’aucun classifierait comme « Feel Good ». Pourtant je ne m’arrête pas à un seul genre, portée en effet par une curiosité sans limite j’aime explorer des genres aussi divers que la SF, la Fantasy, la romance contemporaine voir le roman historique ou encore le monde de l’équitation. Cependant tous mes romans ont en commun cette vision très optimiste de la vie ainsi qu’une love story, parce que l’amour c’est tout de même la base de la vie non ?




Qui vous a donné l'envie d'écrire à votre tour ? Quel est votre objectif lorsque vous écrivez ? (Donner du plaisir, vous évader, faire partager, etc.)

J’ai toujours écrit, du moins du plus loin dont je puisse me rappeler, ce qui fait que je n’ai pas été guidée ou influencée par un auteur ou quelqu’un de proche. L’écriture est un besoin qui me porte tout autant que boire ou manger, c’est un besoin absolu.
Quant à mon objectif il est simple, clair et limpide : je veux faire rêver les lecteurs, je veux leur apporter cette petite lumière qui illuminera une journée peut-être morne, je veux leur ouvrir toutes grandes des fenêtres sur d’autres horizons. Je veux leur montrer que quoiqu’il puisse advenir il y a toujours de l’espoir.





Comment s'est déroulé l'écriture du roman (ou des romans) ?

Quand je peux j’aime mettre la musique à fond et écrire ainsi emportée par le son. J’écoute des choses assez disparates (souvent du Metal !) et chaque roman a sa musique propre qui lorsque c’est possible, tourne en boucle en agaçant mes gosses et les chats !




Vous imposez-vous un rythme d'écriture ou écrivez-vous quand l'inspiration est là ?

Disons que lorsqu’on est mère de famille, comme moi, toujours entre deux déménagements du fait de notre vie d’expatriés, on se doit de ne pas faire trop la difficile quand aux moments que l’on peut grapiller à droite ou à gauche. Donc j’écris sitôt que je le peux, j’ai la chance de ne pas souffrir du syndrome de la page blanche, mon problème reste plus le temps que je peux impartir à l’écriture qu’autre chose.




Pourquoi avoir choisi l'auto-édition ?

J’ai pendant longtemps été éditée auprès des Editions Publibook, puis poussée et encouragée par d’autres auteurs indé’ (dont la talentueuse Jeanne Sélène) je me suis lancée dans l’aventure de l’auto édition pour mon dernier roman « Une histoire de coquelicot »… Et j’avoue que je ne le regrette pas une seconde !




Comment avez-vous vécu l’enthousiasme des premiers lecteurs ? Le retour des critiques, positives comme négatives.

Comme tout le monde j’aime mieux lorsque l’un de mes romans plait aux lecteurs, pourtant je suis plutôt très à l’aise avec les critiques, bonnes ou mauvaises je les prends comme des moyens d’avancer et de progresser. Sans doute ma longue pratique de l’équitation, qui est un sport réclamant beaucoup d’abnégation et d’humilité, me permet d’aborder les divers commentaires avec une vraie sérénité.



Comment s'est passé le choix de la couverture du roman ? Y avez-vous participé ? Si non, qu'auriez-vous changé ?

J’ai toujours tenu à proposer mes couvertures, y compris lorsque j’étais éditée chez Publibook, bien que mes envies et propositions se heurtaient souvent à leur propre conception graphique. Avec ce dernier roman j’ai pu aller au bout de chacun de mes désirs avec une liberté inégalable. Quel plaisir ! J’ai fait appel à une jeune dessinatrice tchèque, Soňa Bartkova, qui a tout de suite saisie l’âme de ce roman, et fait cette magnifique couverture. Je lui confierai d’ailleurs certainement le graphisme de la couverture de mon 15ième roman.



Si vous pouviez donner vie à l'un de vos personnages, lequel choisiriez-vous et pourquoi ?

Mes lectrices vont me conspuer, car je pense qu’elles choisiraient Luc, Tar’dva, Liam ou peut-être Tancrède bref l’un ou l’autre de mes personnages masculins haut en couleur, charismatique et plutôt beau gosse ; pour ma part je pencherai plutôt pour le dragon Morkeleb ou encore l’adorable Poppy, voir Fléau le cheval de guerre parce que la compagnie des animaux me convient mieux que celles des humains… fussent-ils nés de mon imagination !



Sur quel projet êtes-vous en ce moment ?

Je travaille en ce moment sur le premier tome d’une saga de type Fantasy, qui devrait en compter cinq, et s’intitulera « Les Carnets de Lou-Anne ». Dès l’automne j’attaquerai l’écriture du dernier tome de la Saga « El Matador ». Le synopsis est fait, n’attendant que de prendre vie sous mes doigts afin de clôturer les aventures de Lyne et son cheval El Matador. Sinon la suite de « La Citadelle des Dragons » qui s’intitule « La Citadelle dans la Montagne » est terminée et sortira cet été.



Auriez-vous des conseils d'écriture pour nos jeunes débutants ?

Il ne faut avoir ni crainte ni honte, il faut seulement écrire. N’écoutez pas ceux qui cherchent à vous décourager, à vous influencer (tu ferais mieux d’écrire ceci ou cela, ou moi à ta place…) Ecrivez. Seul. Mais écrivez ! Ce n’est qu’en faisant qu’on progresse, c’est vrai en sport, c’est vrai en art c’est vrai aussi pour l’écriture. Alors écrivez…




Un petit mot pour la fin ?

Je voudrai déjà te remercier Audrey pour cette sympathique interview qui donne la parole aux auteurs indé’, remercier les lecteurs qui s’enthousiasment pour mes histoires et sans qui il serait vain d’écrire…
Enfin apporter une petite précision quant à ma photo que j’ai voulu la plus représentative de ce que je suis vraiment : c’est-à-dire en voyage avec mes chevaux (cette photo a été prise en Bohême)



• Et plus encore ...

Si cette interview vous a plu, je vous invite à suivre l'auteure sur son site internet, son compte Twitter, son compte Instagram et sa page facebook

Et vous pouvez aisément trouver ses romans sur AmazonFnacPublibook


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

A ton tour de parler ☺