23 janv. 2018

| Interview | Michèle Beck

Bonjour, bonjour

Aujourd'hui, une autre interview vous est proposé et pour changer, je vous présente Michèle Beck ☺




Les présentations 

Pour commencer, est-il possible de vous présenter en quelques mots ?
(Etudes, métier, loisirs, etc)

Bonjour, je m’appelle Michèle Beck, j’ai 39 ans sur le papier, en réalité, beaucoup moins. Je vis en Savoie avec l’homme de ma vie, nos filles et notre chien. Je ne skie pas, je préfère courir quand le temps le permet. Je suis frileuse et casanière, autant dire que l’hiver, je ne vais pas très souvent voir ce qui se passe dehors, et préfère me blottir sous un plaid pour lire, jouer aux jeux vidéos, regarder une série ou écrire. Je suis une fille plutôt banale en fait avec des plaisirs simples. L’important, c’est de faire ce qui nous rend heureux avec les gens qu’on aime. C’est en tout cas ma vision de la vie.
Merci de m’accueillir sur ton blog pour cette interview :)


Quel genre littéraire appréciez-vous lire ?

La jeunesse est probablement l’un de mes préférés, mais je ne m’interdis rien. J’ai des périodes où je vais être plus attirée par des romans policiers, puis ce sera de la fantasy, de la romance. Un petit contemporain par ci, un thriller bien flippant par là. C’est un peu la même chose que pour les films ou séries. Mais il est vrai que je reviens très souvent vers la littérature jeunesse. Peut-être parce que j’en écris ?


Quel est votre top 5 des auteurs favoris ?

Je ne pense pas en avoir. Il y a des valeurs sûres comme Stephen King (bien que je ne l’ai pas énormément lu) ou Kristan Higgins pour la romance ou encore JK Rowling, et puis il y a ces auteurs que je continue de découvrir avec des histoires qu’on n’oublie pas, comme Clémentine Beauvais avec ses fabuleuses Petites reines (je suis d’ailleurs en train de lire Songe à la douceur, et je sens que celui-ci aussi restera en mémoire) ou dernièrement Leigh Bardugo dont l’univers m’a captivée. C’est cela justement qui m’attire en premier lieu dans un roman, l’histoire que va me raconter l’auteur, l’univers dans lequel je vais plonger.



    La vie d'auteure 

Depuis quand vous êtes-vous intéressé(e) à l'écriture ?

D’aussi loin que je m’en souvienne, j’ai toujours voulu être écrivain. J’étais fascinée par les histoires et je voulais moi aussi en raconter. Mais c’était dans le domaine du rêve, de l’impossible. J’ai commencé par écrire des chansons durant l’adolescence, des poèmes. J’y passais des heures. Puis je suis entrée dans le monde du travail, j’ai fondé une famille, et c’est passé au second plan, voire au troisième. L’envie d’écrire était toujours là, seulement, je n’y prêtais pas attention. Souvent ma mère me taquinait en me demandant quand est-ce que j’allais enfin écrire un roman. Je lui répondais que je le ferai une fois à la retraite, et que je n’aurais rien d’autre à faire. J’avais au moins conscience du temps que ça prenait. Il faut dire que j’avais une autre activité passionnante, et qui parvenait plus ou moins à combler ma créativité, le scrapbooking. Et puis un jour j’ai réalisé que la vie était courte et qu’il ne faut pas attendre d’avoir du temps pour faire ce dont on a envie. Au début j’écrivais en cachette de ma famille, dans un cahier que je dissimulais sous le matelas. Pour moi, il y a un avant et un après ce moment où j’ai pris mon stylo pour raconter une histoire. Comme si j’étais enfin moi-même. C’était il y a quelques années maintenant, et je ne regrette aucune heure passée sur mes cahiers ou sur mon clavier.


Qu'est-ce qui peut faire l'objet d'inspiration pour vous ?

Cela peut être aussi simple qu’un mot entendu dans un film, prononcé par une de mes filles ou dans une chanson, une note, une couleur, une odeur, un sentiment. Tout et n’importe quoi. Par contre, pour commencer une histoire, j’ai besoin des personnages. Je peux avoir un lieu, une idée en tête, mais pour me lancer dans l’écriture, il faut qu’ils soient là. Ils sont comme des ombres qui hantent constamment le fond de mon esprit, ils vivent, parlent et me surprennent souvent. L’histoire se développe ensuite autour d’eux. Pour Mémoire d’ange, j’ai eu de suite Lily en tête, sans rien d’autre. Je savais comment elle se nommait, qu’elle vivait seule avec sa mère. Puis Matthew est arrivé, il était plus sombre, plus effacé. L’histoire s’est construite et développée grâce à eux.


Quel est votre rythme d'écriture ?

J’écris tous les jours, mais vraiment tous les jours, même si ce n’est qu’une heure. Déjà parce que je suis d’avis que l’écriture se travaille comme un muscle qu’il faut entretenir. Mais aussi parce que j’adore ça. Il m’arrive de faire des pauses de quelques jours après un gros laps de temps passé sur un projet, mais je ressens rapidement le manque. Certains jours je peux y passer donc une heure, tandis que d’autres jusqu’à huit, neuf heures, surtout lors de corrections. J’ai de la chance d’aimer chaque étape, que ce soit le travail de recherche, l’écriture du premier jet, les corrections, même les plus basiques comme les répétitions, etc.


Si vous pouviez donner vie à l'un de vos personnages, lequel choisiriez-vous ?

Difficile question ! Déjà, j’aurais envie d’en voir beaucoup pour les serrer dans mes bras et leur dire merci d’être là et les réconforter comme ils le font parfois pour moi.
J’aimerais rencontrer Matthew pour voir toutes les nuances du ciel dans ses yeux et essayer de le décoincer un peu ^^
Plus sérieusement, je crois que c’est Anselm, ce rulghen vieux de plus de mille ans, Seigneur des runes au physique si particulier, il aurait tellement de choses à me raconter, je suis certaine qu’avec lui, je pourrais écrire des centaines d’histoires !


Sur quel(s) projet(s) travaillez-vous actuellement ?

Je suis dans les corrections du tome 2 de Mémoire d’ange, dont la publication est prévu en juin. C’était émouvant et passionnant de retrouver mes personnages et l’univers, surtout après un passage dans un monde plus réaliste pendant l’écriture d’un roman young-adult contemporain, nommé pour le moment « Quoi qu’il arrive ». Après les corrections, j’ai d’ailleurs l’intention de lui écrire une suite, histoire de faire une petite pause pour ensuite revenir dans l’univers de Mémoire d’ange pour le troisième et dernier tome, moment que je redoute autant qu’il me fait envie ^^



- La publication -

Comment s'est présenté l'opportunité de l'édition auprès d'une maison d'édition ?

J’étais dans les corrections de Mémoire d’ange lorsque j’ai été contactée par Élodie Loch-Béatrix, auteure et journaliste, qui me proposait de découvrir son premier roman et d’en faire une chronique sur mon blog. Je traînais ces corrections depuis des mois, j’avais décidé d’aller au bout et j’avais un peu délaissé mon blog. J’ai été franche avec elle en lui disant que le temps me manquait. En retour, elle m’a posé des questions sur mon roman et a fini par me proposer de le lire pour me donner son avis. J’ai bien sûr accepté avec joie, et aussi beaucoup d’angoisse, car je n’étais pas habituée à faire lire mes écrits. Plus tard, elle est revenue vers moi pleine d’enthousiasme pour Mémoire d’ange. Je n’en revenais pas que quelqu’un d’autre que ma mère ait adoré ce que j’avais écrit ^^
Elle m’a parlé d’une amie, Stéphanie Saunier, qui était en train de créer sa maison d’édition jeunesse, Le gâteau sur la cerise, et se proposait de lui faire passer mon manuscrit. Lorsque j’ai eu un appel de Stéphanie, je n’ai pas tout de suite compris qu’elle voulait publier mon roman, j’ai mis du temps à réaliser. Au final, Élodie a rejoint le projet et est devenue mon éditrice pour Mémoire d’ange.
J’ai eu beaucoup de chance, comme si les planètes s’étaient alignées pour que cela fonctionne.


Pour vous, quels sont les avantages ainsi que les inconvénients de cette méthode de publication ?

L’avantage c’est qu’il n’y a pas de frais pour l’auteur. La maison d’édition gère tout ce qui est fabrication du livre que ce soit la maquette, la couverture, les corrections finales… elle gère aussi les services presse, la publicité, etc.



- Les petits plus -


Avez-vous une petite anecdote lors d'une rencontre avec vos fans ?

Je n’ai pas encore eu la chance de rencontrer en vrai mes lecteurs, bientôt je l’espère ! mais j’ai un souvenir très ému des premiers retours de lecteurs, que ce soit par mail ou sur les blogs. Je suis très sensible, alors ce n’est pas toujours évident.



D'ailleurs, où peut-on vous rencontrer pour boire un café et/ou pour une petite dédicace ?

Pour cela, n’hésitez pas à en faire la demande auprès de votre libraire qui peut organiser des séances de dédicaces. Je suis en Savoie mais aussi souvent à Lyon, puisque ma famille y vit, et serais très heureuse de rencontrer mes lecteurs.



Une petite chose à ajouter ?



Ce n’est pas évident de parler de moi, je préfère de loin raconter l’histoire de mes personnages, mais j’espère vous avoir donné envie de découvrir mon univers. Merci du fond du cœur, Audrey, pour cette interview :) Je vous souhaite à toutes et à tous de découvrir de belles histoires !




- Le roman -




Potentielle : humaine pouvant être transformée en chasseuse par un démon

ou en gardienne par un ange.

Rien ne préparait Lily, 17 ans, à se retrouver au milieu d'une guerre millénaire entre anges et démons. Alors qu'elle vient de perdre sa mère, Matthew, un ange, lui révèle qu'elle est une potentielle. Lily et Matthew sont happés dans une fuite haletante face aux ennemis qui les pourchassent. Si elle se révèle étrangement puissante, Matthew a aussi sa part de mystère, amnésique, il ignore la raison de la disparition de ses ailes. Est-il devenu un ange déchu ? Les épreuves vont les rapprocher et réveiller des sentiments anciens, un amour qui a survécu à travers les âges et n'est pas du goût de certains.



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

A ton tour de parler ☺