5 févr. 2014

Belle Epoque


Auteure ; Elizabeth Ross
Editions : Collection R
Nombre de pages : 416 pages
Date de sortie : 14 novembre 2013
Genre : Historique - Drame
Prix : 17.90 euros

« Louez un faire-valoir, vous en deviendrez d'emblée plus attirante. »


Lorsque Maude Pichon s'enfuit de sa Bretagne natale pour échapper à un mariage dont elle ne veut pas, elle monte à Paris, ville-lumière en ébullition à la veille de l'exposition universelle de 1889. Hélas, ses illusions romantiques s'y évanouissent aussi rapidement que ses maigres économies. Elle est désespérément à la recherche d'un emploi quand elle tombe sur une petite annonce inhabituelle : « On demande de jeunes filles laides pour faire un ouvrage facile. » L'Agence Durandeau propose en effet à ses clients un service unique en son genre : le repoussoir. Son slogan ? « Louez un faire-valoir, vous en deviendrez d'emblée plus attirante. » Étranglée par la misère, Maude postule...





Après avoir baver en lisant les chroniques des chanceux et chanceuses l'ayant lu, j'ai fini pas m'y mettre à mon tour et le premier adjectif que je pourrais utiliser pour le décrire est : Originale.

Bien que j'ai pu lire des romans se déroulant dans les temps anciens, ces temps qui nous font rêver par un retour aux sources, je n'avais jamais étudier un sujet tel que celui des repoussoirs. J'ai pu apprendre par la suite que ce roman a été inspiré par l'oeuvre d'Emile Zola que je ne connaissais pas donc je ne peux vous en faire des rapprochements ou non.

L'auteure a décidé de nous entraîner dans les aventures ou mésaventures de Maude Pichon, une jeune femme quittant sa Bretagne natale ou s'aventurer dans la capitale, que ce soit pour son nombre d'habitants ou pour sa richesse sociétale. Je ne sais pas si c'est voulu par l'auteure mais j'ai trouvé le personnage de Maude assez naïve, surtout avec son envie d'entrer dans la haute société et croit pouvoir le faire dès son arrivée, en claquant des doigts. Même si je l'ai apprécié pour ses origines, moi même bretonne, Maude m'a déçu par son comportement et même ses propos envers ses camarades, repoussoirs aussi, notamment Marie-Josée. 

Les Repoussoirs étant un véritable moment alimentant ma culture, c'est toujours bon à ressortir lors d'une discussion un peu soutenue... Je n'ai pas forcément accrocher l'histoire qui se cache derrière. En acceptant d'être une repoussoir, Maude accède à la haute société, comme voulu, à travers la nièce d'une de ses clientes, faisant son entrée dans le monde des bals, des repas mondains et j'en passe. Au fil des pages, les deux jeunes filles se lient d'amitié mais Maude n'oublie pas quel est son objectif et devient détestable
Il y a également les gros clichés qui m'ont dérangés, comme Marie-Josée, la bonne campagnarde du fin fond du trou du c** du monde parlant son patois bien prononcé, limite une plouque acceptant son destin. Ajouté à cela une mise en place plutôt longue, ce bouquin n'a pas été un coup de coeur, juste un moment agréable et une belle lecture commune avec Shana dont voici sa chronique !

Pour conclure, même si l'originalité est la clé de ce roman, le coup de coeur n'est pas là ! Je ne remets pas en question la plume de l'auteure, Elizabeth Ross, loin de là, la lecture se fait facilement grâce à son vocabulaire simple et bien utilisé lorsque l'on prend en compte l'époque. Je cherche encore le lien entre l'histoire et le titre ...

13/20


1 commentaire:

A ton tour de parler ☺