19 févr. 2014

Antarès


Auteure : Marie-Pierre Bardou
Editions : Hélène Jacob
Format : Ebook
Nombre de pages : 141 pages
Genre : Contemporain 
Date de sortie : 4 Juin 2013
Pour se le procurer : Fiche sur le site d'EHJ


Hiver 2012. Une terrible vague de froid s’installe sur l’Europe, puis sur le monde. Les black-out électriques se multiplient dans les villes, obligeant les citadins à s’installer dans des abris de fortune. Les émeutes éclatent, les magasins sont pillés, et le monde s’installe peu à peu dans l’immobilisme : les entreprises ferment, les véhicules n’ont plus de carburant. Les campagnes sont désertées, et la population tente de survivre comme elle le peut. Internet s’éteint enfin, dernier témoin d’un univers vivant. Dans ce monde de glace et de silence, Camille et Romain vivent en autarcie presque complète. Le frère de Camille, Thomas, et sa famille, trouvent refuge chez eux. Pendant ce temps, Aïdan et Connor, leurs cousins, essaient de les rallier en faisant d’étranges rencontres sur leur route… Leur unique lien est une étoile, Antarès, le cœur rouge de la constellation du Scorpion. Une étoile qui, dit-on, serait déjà morte depuis plusieurs siècles. Ils la suivront pourtant, morte ou pas, jusqu’à gagner leur survie – ou jusqu’à leur perte.



Laissez-vous plonger dans un hiver des plus glaciale !
Imaginez-vous devant survivre avec des nuits à -22°C, en France, tel un Canada européen. C'est ce que va affronter Camille, Romain et tant d'autres personnes n'étant absolument pas préparés, luttant donc comme elles peuvent pour se réchauffer, se ravitailler et prendre des nouvelles de leurs proches. Voici l'ambiance dans laquelle nous sommes plongés, voici l'atmosphère que décrit Marrie-Pierre Bardou avec une telle plume que nous nous y croyons du début à la fin. Enfin presque.

J'ai eu un peu de mal à rentrer dans l'histoire, ne voyant pas trop le lien entre le déroulement des événements et l'histoire de l'étoile Antarès. Malgré cela, je me suis attaché aux personnages, surtout Camille qui est un peu comme moi lorsqu'il y a une catastrophe humanitaire ou même un petit chat mort. Elle va regarder, se sentir coupable d'une manière ou d'une autre et puis finalement revenir à une loi du "ce n'est qu'un chat" pour éviter de trop se morfondre.
En parallèle de son histoire avec Romain, nous suivons Connor et son frère qui vont finalement rejoindre Camille et survivre ensemble. Mais peu importe quel personnage est mis en avant, l'auteur ne prend parti pour aucun d'entre eux, elle nous décrit le déroulement de manière extérieure, omniprésente. Je dois avouer avoir parfois du mal avec ce type de lecture, mais je m'y suis faite et je n'en ai pas pour autant décrocher.

Les 141 pages ont défilé devant mes yeux à une vitesse folle ! Et une fois le mot "Fin" bien en évidence, je n'avais qu'une envie : continuer. Je supplie l'auteure, si jamais elle est amenée à me lire, de me dire pourquoi elle a stoppé en ayant une possibilité de continuer ?? Bon, je pense avoir une idée : toute bonne chose à une fin. Mais hélas, gourmande que je suis, j'en désirais un chouillat plus.

En résumé, une très belle lecture, agréable que ce soit pour les yeux ou pour l'esprit ! À lire dès que possible.
Je remercie les éditions Hélène Jacob et Marie-Pïerre Bardou pour cette lecture !

16/20

1 commentaire:

  1. Merci pour cette très jolie chronique de mon roman, Audrey! :-) Je suis désolée de vous avoir laissée sur votre faim; mais c'est vrai que c'était un choix: je voulais une histoire en forme d'impasses, avec des "possibles" en conclusion, ce qui peut être frustrant... En tous cas un grand merci à vous!
    Bien cordialement,
    Marie-Pierre Bardou

    RépondreSupprimer

A ton tour de parler ☺