15 déc. 2016

Un vendredi en fin de matinée - Traversée du chaos


V.O : -
Auteur : Jean-Philippe Bocquillon
Editions : Auto-Edition
Nombre de pages : 132 pages
Date de parution : 1er Novembre 2016
Format : Poche




Stéphanie est morte le 25 Avril 2014 et les enfants et moi on a détesté ça tout de suite. Le cancer s'était pointé sans ménagements en Janvier 2010 et voilà. 
J'étais dans la chambre 328 quand je l'ai entendue respirer pour la dernière fois et il y a eu une dernière pulsation sur la veine de son cou, saillante parce que le cancer l'avait bien fait maigrir. Mais seul le corps a cédé, Stéphanie n'a rien lâché. Comme d'habitude, petit soldat vaillant. 
Alors avec les garçons on traverse le chaos. Ce sont des bribes qu'il y a dans ce livre, ce n'est pas une œuvre d'art, juste des fragments, des cartes postales cornées dans les coins, envoyées depuis la vallée de l'ombre de la mort. 
Dieu il ne lâche rien non plus. Il s'occupe des vivants. Et au milieu du tunnel il envoie une étincelle de vie....
"



Au détour des réseaux sociaux, j'ai eu la chance de pou
voir échanger quelques mots avec l'auteur, Jean-Philippe Bocquillon, qui me proposait de lire son livre et en sachant à peu près le thème de celui-ci, j'ai eu le plaisir de lire son parcours, sa remontée vers une vie 'normale' après la perte d'un être très cher.
Ce livre n'est donc pas une lecture habituelle, tout au contraire, sans chapitre, sans histoire inventée, l'auteur nous livre ses pensées, ses envies, son bonheur, son désespoir et bien d'autres émotions qui sont le processus du deuil.



Qu'il est difficile d'émettre un jugement sur ce que l'auteur nous offre, car les situations ou même les pensées sont très personnelles, propre à lui-même. Chacun a perdu un proche, mais la reconstruction est différente à chaque fois, certains partent dans la colère, comme j'ai pu le faire. Ici, là où, malheureusement, j'ai eu énormément de mal c'est sur la partie religieuse. Je respecte entièrement le choix de Jean-Philippe Bocquillon, je ne remets absoluement pas cela en question, mais, de mon point de vue, s'attacher à une "entité" pour accepter le cours de la vie (en bien, comme en mal) est assez farfelue. Je repense au passage où sa femme clamait l'amour de Dieu à chacun, mais l'auteur se demande quand même pourquoi son créateur l'a ramené à lui aussi rapidement et dans de telles circonstances. C'est une chose que je me pose souvent : Si Dieu aime l'Homme, pourquoi créer autant de souffrance à des innocents ?



On sent quand même une grande sincérité dans les mots employés, un amour inconditionnel pour cette femme qui était merveilleuse en tout point et c'est extrêmement touchant, ça rend l'épreuve humaine et d'autant plus douloureuse que l'on ne peut rien faire pour apaiser l'auteur ou même son entourage. Se sentir impuissant face à cela n'est pas forcément le but de ceci, mais on a encore plus envie que la douleur s'estompe, que la vie leur rende un peu de bonheur. 



A travers ces pages, on apprends donc à connaître Stéphanie, Jean-Philippe et leurs enfants, quand la vie est belle, quand elle est bien sombre ... Comment se sortir de ce fléau qu'est la perte d'un être aimé, de cette saloperie qu'est le cancer, mais surtout une belle façon de montrer qu'en passant par les pires épreuves, on remarque les petites choses merveilleuses que nous offre nos vies et que le bonheur réside là où on ne l'attends pas ....


Je suis ravie d'avoir pu partager cela, le temps de quelques heures, et ma vie me paraît bien classique après cela. Un témoinage poignant qui mérite un peu d'attention de notre part. Alors, qui sera le prochain à y plonger ?






1 commentaire:

  1. Ce livre doit être assez spécial. Enfin, ça ne doit pas être de se mettre dans les pensées de l'auteur sur le deuil de sa femme.

    RépondreSupprimer

A ton tour de parler ☺