22 déc. 2016

#JeudiAutoEdition - Qui sont ces auteurs ? #10



Bonjour tout le monde,

Les habitués du blog l'auront remarqué, depuis plusieurs mois, je suis devenue une grande adepte de l'auto-édition (et j'adore !). J'ai donc remarqué que beaucoup de jeunes auteur(e)s cherchaient à se faire connaître et pour les aider, en humble lectrice que je suis, chaque semaine, je mettrais en avant un auteur en lui posant quelques questions ! 





Cette semaine, c'est au tour de Florian Gautier





 Pour commencer, pouvez-vous nous faire une petite présentation rapide pour ceux et celles qui ne vous connaissent pas encore ? (D'où vous venez, les études faites, etc.)

Je me nomme Florian Gautier. Papa d’une petite fille, je suis né en Région Parisienne. J’y ai passé mon enfance. L’école fut pour moi une source de déception arrivé au lycée et j’ai décroché des études après avoir raté mon bac STI électrotechnique. J’y étais arrivé un peu par hasard.
J’ai ensuite enchaîné des mois de chômages, puis quelques petits boulots qui ne parvenaient pas à me faire autre chose que du mal (déprime.) Pendant mes heures perdues, j’écrivais… Et depuis, je continue vu que je m’y épanouis pleinement !




Quel est votre univers livresque ?

Le SFFF ! J’écris avant tout du Fantastique, mais me penche très sérieusement sur la science-fiction ! J’aime voyager dans des univers fantastiques, qui échappent un peu voir beaucoup aux règles du nôtre et surtout à ce qui fait le quotidien de tous. Je n’exclue bien évidemment pas de me pencher sur d’autres styles plus tard, mais pour le moment, c’est bien cela qui me fait vibrer et m’anime à travers mes écrits.




Qui vous a donné l'envie d'écrire à votre tour ? Quel est votre objectif lorsque vous écrivez ? (Donner du plaisir, vous évader, faire partager, etc.)

J’écris pour partager les histoires qui grouillent dans ma tête, mais également pour m’évader. Alors, pourquoi ne pas emmener les autres avec moi dans mes évasions ? Je n’ai pas réellement d’idée sur une personne m’ayant donné envie d’écrire. J’ai surtout commencé par me lancer dans des Fan-Fictions sur des univers de Jeux-Vidéos que je parcourais et ça m’a motivé à aller plus loin, à créer mes propres univers. Mais c’est ma mère qui m’a donné goût à la lecture, même si je ne lis pas beaucoup (⅘ romans par an environ) et par extension, à l’écriture d’une certaine manière.




Comment s'est déroulé l'écriture du roman (ou des romans) ?

Chaotique, on peut le dire ! Cela s’est fait sur plusieurs années, les idées venant et changeant la façon dont l’histoire devait se dérouler. En finalité, je l’ai réécris pas moins de deux fois, de A à Z et ce, sans parler des corrections complètes à chaque fois. Ce fut long, mais gratifiant. Maintenant, j’ai l’histoire principale des suites en tête ce qui ne peut que m’aider pour la suite. Et je suis certain qu’il n’y aura pas de souci de cohérences comme ça. Enfin, presque...




Vous imposez-vous un rythme d'écriture ou écrivez-vous quand l'inspiration est là ?

Les deux mon capitaine ! (Rires.) J’essaye de m’imposer un rythme d’écriture, mais parfois, je ne le suis pas, par manque de motivation et d’inspiration. Et dans ces cas-là, je me laisse aller au gré de l’inspiration quand elle vient. Cela étant, je reviens régulièrement à des rythmes réguliers, pour tâcher de ne pas être dépendant à une inspiration parfois très capricieuse, bien que rendant l’écriture tellement plus simple ! Et c’est en pratiquant régulièrement que les choses avancent.




Pourquoi avoir choisi l'auto-édition ?

C’était une option envisagée dès le début, qui me plaisait beaucoup malgré les défauts. (Mais l’édition traditionnelle en a aussi !) J’ai tout de même tenté ma chance, mais n’est pas trouvé qui que ce soit pour vouloir de mon roman. J’étais persuadé que l’histoire qui y était racontée valait le coup. (Comme tant d’autres.) Ayant déjà eu une première expérience en auto-édition pour une nouvelle, j’ai décidé que je me servirai de ce biais là pour faire connaître mes écrits, même si pour l’heure, je ne peux pas me permettre de le faire autrement qu’en numérique, n’ayant pas de revenus.
J’y ai trouvé bien plus qu’un simple système d’édition alternative, mais une véritable communauté, passionnée, active et joviale. Et je ne regrette pas de m’y être plongé.




Comment avez-vous vécu l’enthousiasme des premiers lecteurs ? Le retour des critiques, positives comme négatives.

Une question difficile… Notamment car je n’ai eu que peu de retour à vrai dire. Ceux que j’ai eu étaient plutôt positifs ce qui m’a évidemment fait très plaisir. Pour autant, il y avait des remarques qu’il fallait prendre en compte et je m’efforce de garder celles-ci dans un coin de ma tête pour faire mieux la prochaine fois ! Au final, j’ai été un peu déçu du manque de retour, mais ceux que j’ai eu mon conforté dans mes choix et l’avenir que je veux me créer en tant qu’auteur.




Comment s'est passé le choix de la couverture du roman ? Y avez-vous participé ? Si non, qu'auriez-vous changé ?

J’ai participé à sa création, j’en suis même à l’origine (de l’iidée). Cela étant, elle ne rendait pas du tout pareil dans ma tête. Ce choix a été fait un peu parce que je n’avais pas d’autres solutions à cet instant là. Depuis mes idées ont changés et je pense que la couverture mériterait elle aussi un changement.




Si vous pouviez donner vie à l'un de vos personnages, lequel choisiriez-vous et pourquoi ?

Oh, quelle question épineuse… Un seul personnage… Si je devais choisir uniquement au sein de mon roman, je pense que je donnerai vie à Darnielin. Ce satyre assez mystérieux est un personnage que j’affectionne beaucoup et dont j’ai adoré écrire les passages. Il est à l’opposé du méchant du récit, ayant fait un chemin totalement inverse, prouvant par là même qu’une autre voie était possible. Il est complexe.
Si je devais choisir parmi tous mes écrits, là, je pense qu’il s’agirait plutôt de Tania, l’héroïne de Limite. Un personnage avec de bonnes intentions mais qui se retrouve confrontée à une perte tragique qui va changer profondément sa vision des choses. Une chute sombre et profonde et j’adore les personnages au destin tragique. (Je dois être un peu sadique, car plus j’aime mes personnages et plus je leur inflige de supplices…)




Sur quel projet êtes-vous en ce moment ?

Houlà, sur plusieurs ! Un roman en préparation, qui n’est pas la suite du Guerrier Millénaire. ça, ça viendra plus tard ! Mais plus que cela, il est carrément le premier d’une trilogie ! Et il s’agit de SF. Mais également une Bande Dessinée avec une amie dont j’écris le scénario. Ainsi qu’une nouvelle pour un petit défi sur Twitter. En bref, je n’ai pas de quoi m’ennuyer.
Et tout ça, c’est sans compter sur toutes les idées qui germent dans mon esprit et me donnent des pistes pour pas moins de quatre romans qui sont tous déconnectés des séries en cours !




Auriez-vous des conseils d'écriture pour nos jeunes débutants ?

Je pense qu’il faut écrire parce qu’on veut raconter des choses en premier lieu et non pour des désirs de richesses. ça peut sembler bête de dire ça, mais au vu des succès de certains, l’idée de devenir riche peut effleurer quelques esprits…
Ensuite, je pense qu’il faut éviter de se braquer face aux premiers retours de bêta-lecture. Ne pas oublier que l’on peut toujours améliorer les choses et que des retours/critiques sont toujours là pour aider, tant qu’il ne s’agit pas simplement de démolir l’auteur ou le récit. De prendre sur soi pour faire mieux.
Et de ne pas oublier que la perfection n’existe pas, mais ce n’est pas pour autant qu’il ne faut pas essayer de s’en rapprocher.




Un petit mot pour la fin ?

Je tiens à remercier les personnes qui m’ont toujours soutenu. Ma mère notamment. Vous remercier vous, qui me lisez. Remercier Audrey pour cette interview… Et souhaiter à tout le monde de prendre du plaisir dans les mondes de l’imaginaire. Et de rêver, rêver et rêver.




------- Quelques informations -----




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

A ton tour de parler ☺