18 mai 2018

Royales

Couverture Royales

Autrice : Camille Versi 
Editions : Hachette
Collection : Romans
Nombre de pages : 402 pages
Date de parution : 14 Février 2018
Format : Grand






Margaret est la princesse parfaite, adorée de tous les Anglais. Généreuse, intelligente, polyglotte, cavalière émérite, menant de front des études de littérature, de politique et d’histoire par correspondance…
Son secret ?
Margaret n’existe pas vraiment. Elles sont seize. Seize sœurs.
Seize clones, éduquées à la perfection, créées pour faire rêver un royaume.
Mais les temps ont changé… Sur seize clones, il ne devra rester qu’une princesse.
"


Depuis longtemps, Hachette nous fait baver d'envies avec ses sorties et Royales est l'une de celles que j'ai repéré depuis plusieurs mois ☺ Je me suis donc littéralement jeté dessus et mon côté enfantin s'est réveillé lorsqu'il fut entre mes paluches, car entre son résumé promettant pas mal de "scandales" et une couverture psychédélique : Un bon moment de lecture assuré.




Et mon instinct ne m'a pas trompé.




Dans un futur où la belle Angleterre bat de l'aile, la famille royale, notamment la grande reine Victoria II, a décidé de cloner sa petite fille, Margaret, tout en le cachant au peuple. Ce n'est pas une Margaret, mais bien seize jeune filles qui complètent cette princesse parfaite. Seize jeunes femmes qui ne sont que l'ombre de la princesse, enfermées aux yeux de tous et ne pouvant pas être elles-mêmes.




Alors, cela peut être un point négatif pour certains, mais les seize jeunes femmes ne sont pas mise en valeur. Malgré un petit récapitulatif en fin de roman des seizes noms et des domaines dans lesquelles elles sont le plus douées, c'est surtout Margaret-May qui nous présente ce mode de vie et quelques uns de ses soeurs.
Grâce à elle, le lecteur s'apperçoit rapidement que le fonctionnement choisit par la famille royale n'est plus du tout stable, bien au contraire. La Reine, dans toute sa froideur, décide de passer un niveau et de mettre ces demoiselles en compétition. Au bout ? La liberté. Enfin, à quelques détails près.



C'est d'ailleurs ces "détails" qui ont beaucoup d'importances dans ce roman. Imaginez-vous, enfermé dans une sorte de bunker géant depuis votre plus tendre enfance, entourées de vos quinze soeurs, se relayant quotidiennement et en suivant le moindre geste et parole de la Margaret. Une sorte de téléréalité que le peuple suit, rempli d'espoir, en tentant d'oublier la misère qui touche l'Angleterre. Pour notre héroïne, c'en est trop et il est temps de taper dans la fourmillière. En tant que fourmi, ce n'est pas les occasions qui manquent.



Ce roman a un fort potentiel et est plutôt bien tournée, mais, à mes yeux, beaucoup trop jeunesse. Pour son public, qui est plutôt adolescent, il est parfait, bien adapté, mais comme je commence à accumuler les bougies, il me manque quelque chose d'un peu plus rentre-dedans pour parler d'un coup de coeur. C'est pourquoi j'en parle comme "plutôt bon pour son public", sans pour autant que ce soit négatif.




2 commentaires:

  1. Merci pour cette chronique ! Effectivement il s'agit d'un roman pour adolescents mais je suis contente que tu y aies trouvé ton compte tout de même !

    RépondreSupprimer
  2. Ce livre m'intrigue beaucoup et j'ai bien envie de le découvrir :)

    RépondreSupprimer

A ton tour de parler ☺