9 mars 2014

Autobiographie d'une Courgette


Auteur : Gilles Paris
Editions : Flammarion 
Nombres de pages : 285 pages 
Genre : Contemporain - Drame
Date de sortie : 10 Janvier 2002 (1ère édition)
Prix : 4.90 euros



Icare dit "Courgette", petit garçon de 9 ans, est né du mauvais côté de la vie.

Depuis tout petit, il veut tuer le ciel, à cause de sa mère qui dit souvent : "Le ciel, ma Courgette, c'est grand pour nous rappeler que dans la vie on n'est pas grand chose". Depuis son accident, la mère d'Icare ne travaille plus, boit de la bière en regardant la télévision et ne s'occupe pas de son fils.

Un jour Courgette, à défaut de tuer le ciel, va tuer accidentellement sa mère. Le juge le déclare "incapable mineur". Placé en maison d'accueil, Courgette découvre enfin l'Amitié, les fous rires, les larmes, les émotions et l'Amour...

Un petit chef-d'oeuvre d'humour et d'émotions. L'apprentissage d'une vie...



Après avoir beaucoup entendu parler de Gilles Paris, j'ai décidé de participer à un concours proposant l'un de ses romans, et étant l'heureuse gagnante, j'ai eu l'immense surprise de recevoir, non pas un roman, mais deux romans dédicacés par Gilles Paris lui-même, il était donc l'heure pour moi de plonger dans son univers.

Icare, ou Courgette, est un petit bout d'homme très touchant et très attachant. Voyant sa mère se détruire à petit feu, crachant sur le Ciel, il décide de prendre les choses en main : tuer le Ciel. Malheureusement, en l'empêchant de le faire, sa mère prend une balle perdue et décède. Étant orphelin, il se voit amener dans un centre accueillant des enfants dans la même situation et c'est là que sa vie va véritablement commencer.
Icare va connaître divers situation qu'il n'a jamais connue, comme les sentiments envers une jeune fille de son groupe ou même l'attachement envers le premier policier arrivé sur les lieux du meurtre et à travers lequel il voit une figure paternelle. 

Toute l'histoire se déroule du point de vue de notre petite Courgette et ce qui favorise une bonne lecture est l'emploie des expressions d'enfants, des mots simples et des situations cocasses expliquées par des petits bouts font que nous sourions même si les conditions de vie de nos héros sont loin d'être rose et heureuses. 

J'ai été surprise de la tournure de l'histoire, non pas que j'ai détesté, mais avec une telle histoire, je ne voyais pas vraiment la fin s'écrire, juste un chapitre se terminer alors qu'allais-je trouver à la dernière page ? Si l'histoire ne peut se terminer après 400 pages, que pouvons-nous découvrir au fil des pages ? Et bien une très belle évolution des personnages. Ces enfants, meurtris par des parents faisant le mauvais choix, par une vie peu gâteuse. L'attachement n'est évitable que si nous n'avons pas de cœur ! Ou alors que nous n'accrochons pas du tout. 

En résumé, je ne dirais pas que c'est une très belle histoire, mais c'est un excellent roman à découvrir ou redécouvrir d'urgence ! En sortant le nez de ce bouquin, j'en ai immédiatement parlé autour de moi et j'ai convaincu plus d'une personne à la lire alors j'espère, sincèrement, que vous goûterez à cet auteur, que ce soit par ce roman ou par l'un de ses nombreux autres chefs-d’œuvre. 




17 / 20 



(Cliquez pour se le procurer) 

2 commentaires:

  1. J'ai lu ce roman y a au moins cinq ans, mais à chaque fois que je vois sa couverture ça me fait un petit pincement au coeur. Courgette qui joue avec un pistolet et qui ne comprend pas les conséquences de son acte... Et le fameux gendarme ! Triste, mais avec beaucoup d'espoir..

    RépondreSupprimer
  2. Ca a l'air totalement décalé et la couverture ne laisse pas présager d'une telle histoire. Ta chronique m'a vraiment donné envie de le lire pour le coup.

    RépondreSupprimer

A ton tour de parler ☺