17 oct. 2018

L'écart

Couverture L'écart

Autrice : Amélie Liptrot
Editions : Globe
Collection : Contemporain
Nombre de pages : 330 pages
Date de parution : 29 Août 2018
Format : Grand





Grande, fine, intrépide et avide de passion, elle vacille, tel un petit navire dans la tempête, elle hésite entre deux destins : se laisser emporter vers le sud, vers ce Londres qui brille, dans la nuit violente qui fait oublier le jour où l’on est trop seul, où tout est trop cher, où le travail manque. Ou se fracasser contre les falaises de l’île natale, dans cet archipel des Orcades battu des vents dont la vie rude lui semble vide et lui fait peur. Elle l’ignore encore mais il existe une troisième voie : écouter résonner l’appel qui la hante, qui vient toucher cette part d’elle assoiffée de grand large, de grand air, de grande beauté. Non pas rester mais revenir. Choisir. Troquer la bouteille assassine contre une thermos de café fort, troquer l’observation narquoise et éperdue de la faune des nuits de fêtes tristes pour la contemplation des étoiles et des nuages, et l’inventaire des derniers spécimens de râle des genêts, un oiseau nocturne comme elle, menacé comme elle, farouche comme elle. Sa voie s’appelle l’écart. C’est l’humble nom d’une bande côtière où les animaux sauvages et domestiques peuvent se côtoyer loin des regards, où folâtrent des elfes ivres d’embruns. C’est le nom fier de son premier roman.

"



On peut dire que ce roman est bien loin de ce que je lis habituellement (pour rappel, je suis bercée par la bit-lit et l'imaginaire en général), mais alors pourquoi cette lecture ? Et bien, le résumé m'a interpellé. Il y avait déjà quelque chose qui m'appellait au voyage et la lecture n'a fait que confirmer.


L'auteure nous raconte une histoire : la sienne et plus particulièrement son combat contre l'alcoolisme dont elle est victime. Après cette descente aux enfers, elle revient dans un petit coin d'Angleterre qui lui permettra de se consolider, mais pour cela chaque jour sera un défi et nous la suivons d'une manière aussi perverse que magnifique.
Pourquoi pervers ? Parce que là, il n'y a rien qui touche à l'imaginaire, c'est réellement la vie, les pensées et le parcours de l'auteure. Elle nous parle de tout, comme si nous étions son confident et le tout accompagné d'une plume tellement sublime que je n'ai pas pu le poser avant de terminer et qu'elle s'en sorte !


Alors oui, j'ai été entraînée par l'histoire, mais surtout bouleversée. Si je savais que l'alcoolisme était un fardeau, je ne mesurais pas l'importance du combat quotidien pour celles et ceux qui cherchent à s'en sortir ! J'ai encore plus de respects pour elles et eux.
Je tiens donc à remercier l'agence Anne et Arnaud pour ce lien avec les éditions Globe qui m'ont tous deux permis de découvrir Amélie Liptrot ☺



1 commentaire:

  1. De base, ce n'est pas mon genre de lecture mais il me semble vraiment touchant.

    RépondreSupprimer

A ton tour de parler ☺